Mexique

Nous devions rallier Mexicó à Cancún. Après les récents tremblements de terre, étude succinte des parcours et retour d'expériences de vascomag, une famille partie à vélo à la découverte du Mexique, nous opterons finalement pour les provinces du Yúcatan, Campeche, Quintana Roo et probablement une partie des Chiapas. Malgré tout, nous irons découvrir México et voir ce qui s'y passe de nos propres yeux. Vamos!

Notre arrivée à México


20 octobre 2017 - Bienvenidos a Mexicó! Nous y voilà. Tous les bagages sont arrivés à destination sans surprise malgré l'escale d'à peine 1h à Montréal. Comme quoi, chaque vol ne se ressemble pas... La surprise cette fois-ci à l'arrivée est... le chariot! Pas de chariot disponible, seulement des "porteurs" avec leur diable. Nous avons pourtant essayé de filouter en simulant discrètement de partir avec les chariots que nous avions pris au débarquement. Non, non, les chariots ne sortent pas de cette zone. "Señora, señora! No es posible!" Comment allons-nous faire?...

L'hôtel est à moins de 2 kms certes mais avec notre chargement de 3 cartons xxl, 2 gros bagages, 4 sacoches et sans chariot... Et bien, nous ferons comme tout le monde. L'art de s'acculturer rapidement mais surement. Un monsieur nous portera nos affaires et nous commandera une camionnette contre échange de pesos. Gracias señor!

El centro historico


Iglesia de San Miguel

Catedral Metropilitana et Plaza de la Constitución ó Zócalo

Templo de Santo Domingo

Les arènes dédiées aux combats de catchs. Zut, interdit au moins de 10 ans.

Quartiers marchands. Spéciales dédicaces aux futures mariées 2018!

Plaza Garibaldi

Museo del Arte

Palacio de Bellas Artes. Pour ceux qui ont vu James Bond, Le spectre, avec la fête des morts dans les rues de Mexicó, vous devriez reconnaître.

Iglesia San Francisco. Spéciale dédicace à mon papa François.

La casa de los azulejos. Spéciale dédicace à nos amis "pédalons la vie", actuellement au Portugal, pays des Azulejos.

Le jardin Alamera central avec ses fontaines, jets d'eau, rires d'enfants, familles et ses spectacles. Juliette en a été la victime ou vedette... Francía representa!

Templo Mayor

Palacio Nacional

Les rues sont bondées, vivantes, pleines d'énergie et d'effervescence. Nous avons croisé plus de monde en une journée à Mexicó qu'en 10 mois de voyage à travers plusieurs pays. Le contraste est saisissant! Un beau bazar organisé. 

Défilé et concours d'alebrijes monumentaux de l'art populaire. Magnifique, coloré, vivant, animé! Une belle image de Mexicó après tout ce que les médias ont pu nous montrer! Viva Mexicó! Une pensée toute particulière aux personnes disparues si brutalement ici et ailleurs. Edith, ma 2ème maman, tu resteras toujours dans mon coeur.

La Villa Basílica


Basilica de Guadalupe
Basilica de Guadalupe

La basilique Notre-Dame-de-Guadalupe est consacrée à la vierge de Guadalupe. 15 à 20 millions de pélerins s'y rendent chaque année, ce qui en fait le monument catholique le plus visité avec la cathédrale Notre-Dame et après la cité du Vatican.

Basilique Guadalupe et Mexicó vus d'en haut
Basilique Guadalupe et Mexicó vus d'en haut

Bosque de Chapultepec


Du 21 au 22 octobre 2017 - Après une grosse journée découverte du centre historique de Mexicó, un dimanche matin à la basilique de Guadalupe, nous prenons nos quartiers au parc de Chapultepec, rdv du dimanche des familles mexicaines. Nous arrivons ici un peu par hasard, comme souvent, et passerons un agréable dimanche après-midi. 

Les dessous de Mexicó



Quand tu vois un ami de longue date, pas vu depuis 7 ans, un soir à Mexicó, après une heure d'attente chacun à sa sortie de métro et que les bars sont fermés, alors tu décides d'acheter 2 bières pour les boire dans la rue, que peut-il bien arriver? ... Tu te fais racketer par la police suite à contrôle d'identité, menace d'amende et de tribunal, négociation mexicaine et terrain d' "entente" ... 500 pesos. Et pour couronner le tout, tu rates le dernier métro et tu marches pendant une heure dans les rues de quartier de Mexicó. 


Bref, j'ai vu Bibi à Mexicó!

Adiós Mexicó, Dirección Cancún


23 octobre 2017 - Un avion de plus, nouvelle compagnie. Nous renforçons les cartons qui ont pris quelques chocs lors du dernier vol Halifax-Mexicó. Au check-in, Nicolas fera bugguer le détecteur rayon-X. Qu'a-t-il donc caché dans sa barbe? Arrivés à Cancún, la température a fait un bond à 28°. L'atmosphère est humide et étouffante. Une impression de hammam à ciel ouvert. Ça va être sympa de pédaler sous cette chaleur... Juste le temps de s'acclimater...😎

Puerto Morelo


Du 23 au 27 octobre 2017 - Nous resterons finalement 1 nuit de plus à l'hôtel, histoire de s'acclimater tranquillement. Nous prendrons la route pour Puerto Morelo. Après les érables, les cocotiers, après les forêts colorées, le sable, après des températures avoisinantes 0°C au petit matin, petit score à 20°C au lever du soleil... Nous resterons 2 nuits à Puerto Morelo, Nicolas a besoin de repos. La chaleur le met à mal. Nous profiterons de la plage et du farniente ambiant.

Que la fête commence!


27 octobre 2017 - 9h30, il fait déjà 27,5°C. La chaleur monte, monte... ouah! Il fait chaud, hein! Nous nous arrêtons pour faire une pause. Quelques moustiques viendront nous taquiner et un serpent nous passera à 30 cm. Il faut rester sur ces gardes ici. Pour nous changer les idées, Nico décide de couper sa barbichette. Il ferait presque chaud là-dessous 😉. Nous nous arrêterons finalement dans la jungle après une quarantaine de kms. Ça suffira pour aujourd'hui. Première baignade dans une cenote! Spectacle accrobatique de Nicolas et fous rires de son fervant public.

Bloqués dans la jungle


28 octobre 2017 - Les habitants de la cenote nous conseillent de nous mettre sous l'abris et nous donnent 2 machettes pour la nuit... Ok, ça promet. Nous passons une nuit étrange...bruits nocturnes méconnues, des chiens qui jappent dès qu'un bruit se fait entendre... Une atmosphère particulière se mèle à ce sentiment avec la chaleur... Ouf, les enfants dorment paisiblement. Par contre, Nicolas est malade. Chaleur, deshydratation, les sauts de la veille dans la cenote, bière fraîche de la cenote...? Non, nous ne pourrons pas repartir le lendemain. Repos, bloqués dans cette nature hostile où les moustiques se font un plaisir de nous dévorer, sans eau potable ou non potable  (heureusement nous avons toujours de l'avance avec nous dans notre vache à eau), sans électricité mais... une machette chacun. Va-t-on devoir rester dans ce milieu hostile plus longtemps? Moment d'interrogations, états d'âmes... Ne pas se laisser emporter par des angoisses, rien de bon. Laisser passer... Rester positif, ce n'est pas tous les jours que cette expérience arrive. Se réhydrater à l'eau salée, manger du riz et boire le jus, jouer avec les enfants avec leur innocence et espérer que demain nous pourrons repartir... Mais où?

Golfe du Mexique ou Riviera Maya ?


Du 29 au 30 octobre 2017 - Nord ou Sud? Civilisation ou villages plus retirés? Sommes-nous capables de rouler sous cette chaleur avec nos enfants? L' Australie était finalement bien plus facile et confortable malgré les grosses araignées et le scorpion retrouvé dans le auvent de la tente...La curiosité de Juliette, le refus de retourner en arrière pour Nicolas sans essayer et notre volonté commune nous poussent à mettre cap au Nord vers les villages authentiques et retirés.

Après être sortis de cette épaisse jungle, nous sommes heureux de mettre les pieds dans le Golfe du Mexique à El Cuyo après 2 jours de vélos, 124 kms parcourus, 1 bivouac dans un stand de marché, 1 attaque de fourmis sur Lucien, 1 chaton affamé nous empêchant de dormir, des chiens mexicains nous coursant le long de la route et des pauses pour déjouer les heures les plus chaudes. Notre détermination paie. 

Diá de muertos, El Cuyo


31 octobre 2017 - Journée chaleureuse, farniente, flânerie dans les rues d'El Cuyo, petite beauté pour les hommes et défilé et festivité del Día de Muertos.

El Cuyo, petit village de pêcheurs


01 au 02 novembre 2017 - El Cuyo, village de pêcheurs paisible, tranquille avec sa place et son église où les messes ont lieu chaque soir, ses enfants pleins de vie, ses maisons colorées, ses rues rythmées par la musique entraînante et joyeuse, ses bicyclettes, ses chiens, ses moustiques et ses mobilettes tous de sortie à la tombée de la nuit. Ses habitants sont conviviaux et souriants. Merci à Luis pour sa balade dans El Cuyo. Bienvenue au Mexique!

Buen provecho, Bon appétit!


Salbutes de pollo (poulet), carne à la sauce, guacamole, ceviche (plat à base de crevettes, poulpes, tomates, persils, citrons verts), poisson du jour frits... Plats très appétisants certes mais nous avons quand même la tourista depuis 5 jours maintenant...

Ruta de flamengos, Las Coloradas


03 novembre 2017 - Nous décidons de partir pour Las Coloradas par la piste de sable pour observer les flamants rose. Un top 10 de vascomag, famille aventureuse ayant voyagé à vélo au Mexique dernièrement. Quelle merveille de pouvoir observer ses oiseaux majestueux dans leur habitat naturel. La chaleur des derniers kilomètres ne nous fera en rien regretter ce beau moment. Au plaisir de partager!

La pêche du jour, Las Coloradas


En arrivant de notre traversée de la Reserva de la biosphera de Ría Lagartos, un petit restaurant nous attire par sa pancarte. Un poisson de la pêche du jour choisi dans une glacière, pesé et frit aux normes d'hygiène mexicaine servi avec une limonade au citron à température ambiante. Un délice! Au diable la diarrhée, nos estomacs crient famine!

Sur une plage abandonnée, Los Coloradas


Nous poursuivons notre journée en nous installant sur la plage. Les mexicains nous regardent amusés et viennent nous parler. Un pêcheur, Filipe Xavier surnommé brancky, vient nous expliquer sa vie alternant travail et "vie de touristes", ses techniques de pêche du poulpe et est heureux de conclure en nous offrant son repas du jour, poulpe aux tomates, oignons, persil, citron vert. Nous remettons donc le couvert. Merci à l'hospitalité mexicaine! Cette générosité nous sera fatale puisque nous minerons la plage et notre corps se videra toute la nuit! Sur une plage abandonnée, coquillages et ... grosse diarrhée 😣

Il va falloir faire quelque chose...


Du 04 au 05 novembre 2017 - Il faut que l'on coupe cette p*... de diarrhée 😲. C'est un bel endroit pour mourir mais je ne veux pas mourir ici! Juliette, allez ressaisit toi! Il faut que je me ressaisisse. Tu es forte. Tout va bien. Souris, souris! Ah, je n'en peux plus... Une chance, les enfants ne sont pas malades et je ne vomis pas! Une prière sur les toilettes. Aidez-nous s'il vous plaît, protégez-nous... en fond les chants de la messe du soir... Au petit matin, chance, Nicolas rencontre Juán, pêcheur. Il nous indique qu'à la tienda il devrait certainement y avoir un médicament qu'il a déjà testé et qui a été très efficace. Illico presto, direction les petites échoppes de la ville pour trouver ce fameux Lomotil, coupe diarrhée. 12 pesos le cachet. Nous n'avons quasiment plus d'argent et pas de cash machine avant Tizimin. Tant pis on prend ce qui reste, c'est-à-dire 7 comprimés. Espérons que cela fasse effet! Pour Juliette après 4 cachets, le calme intestinal revient à l'horizon. Néanmoins, après une accalmie pour Nicolas, la tempête reprendra de plus belle. Il faut que l'on parte d'ici. Direction Tizimin, plus de 70 kms de vélo à faire, diarrhée ou pas diarrhée, il faut voir un médecin. Et là, comme par enchantement, chance ou réponse aux prières de Juliette, nous croisons le chemin d'Amélie et Yacin, français en vacances qui ont repéré notre drapeau breton en roulant sur la route, qui nous proposent avec beaucoup d'élan et de générosité de nous donner leur stock de médicaments. Antibiotique, antidiarrhéique, antinausée, antimoustiques... la panoplie complète pour se retaper. Après une journée de vélo, arrivée pittoresque à Tizimin entre les voitures, bicyclettes, mobilettes, chevaux et cavaliers, Nicolas avalera les antibiotiques. Tout rentre dans l'ordre. Juliette brûlera une bougie en l'honneur de Juàn, Yacin et Amélie. Merci à eux! Nous sommes peu de choses... 

Tizimin


El templo de Tizimin

Rues, boutiques, devantures. Le vie marchande de Tizimin.

El mercado, le marché. Bizarre, bizarre, vous avez dit tourista...

Quand l'appétit va, tout va... 😊

Du 05 au 07 novembre 2017 - Tizimin, nous récupérons.

Ek Balam


08 novembre 2017 - Nous nous rendons à Ek Balam, premier temple maya. Pour y accéder, nous empruntons une piste anciennement maya au milieu de la forêt. Nous découvrons une belle merveille au milieu de la jungle. Déambuler, flaner et escalader ces édifices mayas, où toute une civilisation était présente il y a des milliers d'années, procurent une émotion emprunte à la rêverie et à l'émerveillement.

Valladolid


09 novembre 2017 - Promenade dans la ville de Valladolid, église San Servacio, ex-couvent et église de San Bernardino de Siena, culte voué à la Vierge de Guadalupe, église Santa Ana. Pause dans un parc où les enfants jouent avec la fontaine et trouvent un nouveau jeu, au grand plaisir de leurs parents. Chercher de l'eau dans la fontaine, asperger les jambes de papa et maman et étaler. Massage des enfants à leurs parents. Ah, ça sert d'avoir des enfants 😉

Rafraîchissement et petite baignade dans la cenote de la ville. Petite pédicure des poissons en prime.

La campagne au Yucatán


10 novembre 2017 - Rencontre, "Fait de rencontrer quelqu'un, de se trouver en sa présence sans l'avoir chercher : une rencontre inattendue." Après une baignade sous terre dans une cenote aux allures de cathédrale souterraine, nous partons sur les routes en direction de la campagne. Ce chemin nous rallonge de plus 30 kms mais nous voulons découvrir la campagne mexicaine du Yucatan. Après s'être enfoncés une nouvelle fois dans la jungle où nous croisons seulement des singes, nous nous arrêtons pour la nuit dans un village. Au bout de 3 minutes, tout le village est autour de nous. Les enfants et les jeunes sont très curieux et nous interrogent sur le moindre objet que nous déballons et nous posent des dizaines et dizaines de questions auxquelles nous essayons de répondre avec notre espagnol plus qu'approximatif. Un homme nous met à disposition les toilettes de l'église avec de la lumière, les fait nettoyer et nous propose une douche avec un filet d'eau. Ils souhaitent que nous soyons confortablement installés. Nous le remercions vivement. Les enfants nous demandent s'ils peuvent faire du vélo. Aussitôt acquiessés, les vélos partent dans tous les sens et font des tours de villages jusqu'à la tombée de la nuit. Nous échangeons avec les femmes. Elles me demandent aussi pourquoi Léona n'a pas les oreilles percées et me proposent de lui faire à l'aiguille. Ils sont curieux et très heureux de nous rencontrer au point de nous encercler lors du repas et nous regarder manger, commenter en maya, dialecte ancestral parlé au Yucatan, notre repas du soir. Ils nous offrent également des tortillas, amusés que nous les aimions. Ils nous enseignent quelques mots en maya. Deux enfants s'amusent à grimper en haut d'un poteau. Ils amusent tout le monde et nous rigolons en choeur. Le "chef" du village nous demande si nous pouvons rester pour enseigner aux enfants l'anglais. Il nous remercie d'être venus jusqu'à eux. Nous les remercions de nous offrir une place dans leur village et d'être si chaleureux. Une belle rencontre. Diós botic! Merci en maya.

11 novembre 2017 - Pendant que les hommes attendent le camion pour aller travailler aux champs, d'autres attendent pour leur enseignement biblique et les femmes ont un cours sur la famille, l'éducation.

Margarita vit dans ce village depuis toujours. Elle a 4 enfants. 3 générations vivent sous le même toit avec des chambres (petite maison) construite par son père. Jardin aromatique, arbres fruitiers, canards, poules, lapins, cochons. 

La fête au village, Chankom


Du 11 au 13 novembre 2017 - Ce matin, nous étions partis pour nous rendre à Chichen- Itza. Sur la route, après seulement une vingtaine de kilomètres, nous traversons Chankom où règne un esprit de fête. Nous rencontrons Benjamin, boulanger du village, qui nous explique que se déroule la fête en l'honneur de leur patron protecteur, San Diego de Alcala. Les festivités durent 14 jours. Ils ne rigolent pas les mexicains avec la fiesta! Nous décidons donc de rester pour vivre ce moment de fête villageoise. Tout un programme : Procession, messe, corrida, manège et bal jusqu'au bout de la nuit ou petit matin! Tout ça pendant 14 jours à la même heure, même rituel. La fête de la marmotte existe au Mexique 😄 Nous attendons avec le coq et ses poules au sec le début des festivités car cet après-midi le ciel se décharge de sa pluie tropicale et nous rencontrons quelques villageois.

Espace communautaire où les habitants se succèdent pour moudre le maïs trempé dans l'eau qui donne une pâte prête à fabriquer les tortillas.

Visite de la boulangerie et patisserie de Benjamin. Il nous offre sa cour pour dormir et installer notre campement.

Début des festivités annoncées par des pétards et feux d'artifice suivis de la fanfare, défilé jusqu'à l'église.

La messe en l'honneur du Saint patron San Diego de Alcala suivi de pétards et feux d'artifice.

La corrida avec son arène en bois montée pour les manifestations. Impressionnant! Une pensée pour Alain.

Découpe de l'animal et vente des morceaux aux habitants.

Maria-Ophelia nous fait monter dans une camionnette et nous invite à manger le plat traditionnel, regroso al chile negro. Dans sa maison, rentre et sort famille, fils, filles, enfants, cousins...Elle a 24 neveux et nièces. Elle régente sa maison d'une main de maître. Elle enseigne à Juliette la fabrication de la tortilla et sa confection. Maria-Ophelia tient une tienda, petite échoppe. Elle aide les femmes dans leur grossesse et les aide à accoucher. Elle construit des casas pour accueillir des familles dans son village. Elle enseigne également le maya. Une femme de caractère. 

Manèges et bal para bailar! Ambiance assurée jusqu'au petit matin! Tout le monde s'endimanche pour l'occasion.

Portraits. L'une des reines de la banda, participants à la corrida, Landi et Miguel neveu de Maria-Ophelia, Conchi portant le costume traditionnel. Elle a mis un an pour le confectionner à la main, broderies, dentelles. Tout un art.

Les mystérieuses cités d'or


12 novembre 2017 - Une pyramide maya est reférencée sur la carte à Chankom. Benjamin nous confirme la présence de 3 pyramides. Néanmoins, elles sont enfouis. Peu importe. Nous demandons si nous pouvons nous y rendre. Il nous explique que le chemin est peu accessible et sans un habitant nous aurions du mal à trouver. Il cherche donc une personne volontaire malgré la fête d'hier. Felipe, candidat pour nous faire découvrir ces 3 merveilles, nous guide jusqu'aux merveilleuses cités d'or. Effectivement, après avoir emprunté une ancienne piste maya, nous passons plusieurs clôtures, Felipe nous déblaie le chemin à la machette et nous nous retrouvons sur un amas et monticule de pierres et roches calcaire. Nous devinons ce que pouvait être le site. Une cenote est en contrebas. Felipe nous indique qu'il y aurait des trésors enfouis sous nos pieds. Tous les sites mayas appartiennent au gouvernement mexicain. Si un habitant essayait de faire des fouilles de sa propre initiative, il serait arrêté et emprisonné. Donc, on ne touche pas aux pyramides! Trésors bien gardés.

Chichén-Itzá


13 novembre 2017 - Chichén-Itzá, site maya extrêmement touristique puisque patrimoine mondial Unesco et une des 7 nouvelles merveilles du monde. Malgré les fortes averses tropicales, nous avons profité de la grande pyramide, du temple des guerriers, du groupe des milles colonnes, des sculptures de scènes de guerriers, de guerre, d'animaux, du grand terrain de jeu de pelote et de la cenote sacré. Nous raterons magistralement la partie sud du site pourtant si belle, comme nous la décrite Guillaume et Emilie, backpackers aux aventures drolissimes, en voyage en Asie et Amérique du Sud depuis 14 mois. Oups, boulette! 😉 L'observatoire, quel observatoire?! 

Sur la route d'Izamal


Du 13 au 14 novembre 2017 - Arc-en-ciel au Mexique. L'air est moite. Nos affaires sont toutes humides. La tente au petit matin est tapis et ruisselle de condensation, plus que dans n'importe quel pays que nous avons fait. Nous décidons d'enlever la chambre intérieure pour la garder au sec pour notre prochain campement. Sur la route, nous profitons des petites chapelles au bord de route, des nombreux déchets malheureusement lancés sans scrupules surtout à la sortie des villages ou le long des routes dans la jungle. En même temps, la gestion (ramassage, tri, traitement et valorisation) des déchets n'existe pas dans la campagne. Le mexicain a la main légère. Les petits comme les grands jètent le moindre bout de plastique... Merci coca-cola, pepsi et tutti quanti. Education à venir?...

Nous exploitons le moindre cm2 d'ombre. Il fait chaud et humide aujourd'hui! Nous prenons d'ailleurs une belle averse qui nous rafraîchit. Nous commençons à nous acclimater aux températures entre 22 tôt le matin et 33°C. Mais ce matin, nous sommes partis 1h plus tard que d'habitude 7h30 au lieu de 6h30 et nous sentons la différence! Nous devons impérativement conserver notre réveil à 5h du matin sinon la chaleur ne pardonne pas! 😐

Izamal


Du 14 au 17 novembre 2017 - Ça s'en va et ça revient, c'est fait de tout petits riens... Nous pensions que notre séjour à Izamal allait se résumer à une nouvelle série de "cacas mous" et vomis pour Lucien qui nous a redécoré la carriole sur le chemin et bien non! Après une visite chez le médecin, deux jours et demi de repos, nous sommes parés!

Nous pouvons découvrir les charmes et pyramides de cette paisible bourgade.

Et remanger les fameux plats mexicains : quesadilla de pollo y queso, sope de verduras, emperedado de ensalada y papas a la francesca, sope de lemon, cochinita pibil, carne de res.

Izamal - Merida, todo derecho


18 novembre 2017 - En route pour Merida. Pause déjeuner sur la place d'un village. Pendant que les femmes discutent, les enfants jouent et les hommes se reposent.

Mérida, la belle blanche


Du 19 au 21 novembre 2017 - La rue 60 et ses nombreuses églises. La rue est fermée à la circulation automobile tous les dimanches pour une ville en bicyclette. Que la ville est tranquille et belle sans voiture! Une initiative régulière à reproduire dans toutes nos villes d'Europe. 

Casa de Montejo, anciennne demeure des descendants de la famille Montejo, fondateur de Mérida après 2 tentatives d'invasions auprès des mayas. Le temps était du côté des espagnols. La conquête du Yúcatan prit 155 ans avant d'être complètement achevée tant était grande la soif de liberté des Mayas. Libertad!

Mérida a été couronnée capitale culturelle 2017. Un petit tour au musée s'improvise. Lucien a beaucoup aimé la cantatrice et le coq sortant lors de ses vocalises. Ce tableau l'a longtemps fait rire. Quant à Léona, elle était passionnée. Elle n'a pas cessé de commenter à sa façon notre visite. "C'est beau ça!", accompagné de son petit sourire au nez plissé et du jargon propre à Léona. La ville est aussi parsemée d'expositions dans les rues. Capitale culturelle quand même! 

20 novembre, fête nationale au Mexique. C'est le jour de l'anniversaire de la révolution mexicaine. On y célèbre le début de la révolution, lorsque le Mexique du Nord, conduit par Pancho Villa, s'est soulevé en réclamant le retour des terres aux paysans. Nous assistons, en ce jour férié, aux défilé des écoliers en costumes et des clubs sportifs avec des danses, marches militaires, accrobaties, bandas de musique. Chacun son style! 😊

Paseo de Montejo, belle avenue arborée et élégante par ces demeures majestueuses du XIXème siècle. Les riches propriétaires lors de l'exploitation du sisal se firent construire ces petites bicoques. 😉

Direction Uxmal


21 novembre 2017 - Vamos a Uxmal en bicicletas! Et qu'est-ce que l'on mange au Mexique? Avocats, tomates et tortillas.

Sur la route Puuc


 

Du 21 au 25 novembre 2017 - Au sud-est de la péninsule du Yucatán s'élève, dans une jungle épaisse, une série de petites collines connues sous le nom de la zone Puuc, signifiant montagne. C'est sur ces collines que nous pédalerons. Et non, le Yucatán n'est pas complètement plat. Là où les mayas préhispaniques développèrent plusieurs centres urbains qui formèrent une unité sociale, politique et religieuse d'une grande influence. Cette région, dont la plus représentative est Uxmal, comprenait d'autres cités comme Kabah, Sayil, Labná et Oxkintok. En route pour la découverte de la région Puuc! De belles surprises et découvertes nous y attendent...

Uxmal, la grande


22 novembre 2017 - La première impression à tous a été "Whaouh!" Saisissant, impressionnant, grandiose! Allez, on ne fait pas durer le suspens... on vous fait visiter? On ne sait quand même pas fait tous ces kilomètres pour rester en bas des pyramides!

Le temple du Devin, le temple Chenes, représentation du dieu Chaac, culte voué au dieu de la pluie, le Quadrilatère des Oiseaux, Le Quadrilatère des Nonnes, représentation du dieu-serpent Kukulcán, ascencion et vue du Temple Majeur, figure de perroquet en vol associée au symbole du culte solaire, visage d'un homme semblable aux représentations du dieu Itzimná créateur de la végétation, le Pigeonnier, la Maison de la Vieille, le Palais du Gouverneur et ses décorations exubérantes associé à l'observation d'évènements astrologiques, trône du Jaguar Bicéphale.

La légende du Temple du Devin

Une histoire populaire raconte qu'à une époque très ancienne, dans la ville de Kabah, près d'Uxmal, nous y passerons sur la route, une vieille sorcière réussit, par le biais de la magie, à obtenir d'un oeuf, un petit garçon. L'enfant montra très tôt les signes d'une intelligence exceptionnelle et d'une grande curiosité. Cependant, sa taille ne dépassa jamais, malgré les années, celle d'un petit enfant. L'être ainsi conçu était donc un nain. 

La vieille femme et le nain vivaient dans une hutte. Le jeune garçon avait remarqué que la vieillefemme, qu'il appelait "grand-mère", cachait quelque chose sous le fourneau ou kobén en maya qui lui servait à cuisiner. Un jour, le nain eut recours à un subterfuge pour éloigner la femme et demeurer seul à l'intérieur de la hutte. Libre de toute surveillance, il se mit à fouiller sous le fourneau et y retira de la cachette un tambourin en or et un tunkul, instrument de percussion en bois dont il s'empressa de jouer. Le son des instruments retentit dans toutes les cités voisines de Kabah et effraya le grand seigneur de Uxmal car il savait que celui qui découvrirait les instruments viendrait à occuper sa place. Afin d'éviter que la prophétie s'accomplisse, le seigneur d'Uxmal envoya chercher le nain et le soumit à différents tests de sagacité que le garçon passa avec succès. Atterré, le gouvernant le mit au défi de supporter qu'on lui rompe quatre paniers de cocoyoles, fruits très durs, sur la tête. Le nain accepta a une condition : s'il venait à remporter le défi, le souverrain devrait à son tour subir le même supplice.

La grand-mère plaça sur le crâne de son petit-fils, un casque en silex caché par ses cheveux. Grâce à cette ruse, le nain se tira brillamment du duel. Le seigneur d'Uxmal, lui, succomba au premier coup. 

Pour célébrer son ascension au pouvoir, le nain érigea en une seule nuit, recourant à ses pouvoirs magiques, trois pyramides monumentales. L'une d'elle est, selon la légende, le dénommé Palais du Gouverneur, dans il administrait la justice. La seconde la Maison de la Vieille, servait de logement à la grand-mère sorcière. La dernière est la maison que le nain construisit en son honneur, le temple du Devin. Il semblerait que pendant de nombreuses années, ce personnage gouverna Uxmal avec beaucoup de sagesse.


On pourrait concevoir cette légende telle une allégorie de l'arrivée d'un nouveau groupe dominant Uxmal, qui expulsa du pouvoir l'ancienne assemblée en place. Il est possible que les mayas aient oublié le caractère symbolique de ce récit et en soient arrivés à mélanger légende et réalité. On retrouve en effet des sculpture avec des représentations des personnages dans différents sites.

Kabah, le temple aux masques Chaac


23 novembre 2017 - Après notre camping sauvage, ravitaillement sur la route avant de rejoindre le site de Kabah. Les mexicains sont toujours aussi souriants, rieurs, généreux, calmes et paisibles. L'air de rien ils t'abordent, discutent et hop, une petite friandise pour les enfants, un jus de fruits, un tour de scooter... Ils adorent les enfants! Ça tombe bien, on les aime aussi. 😙

Le Grand Palais, le Temple Majeur, sculptures aux visages scarifiés et mains en forme de griffe, était-ce des personnages principaux de la cité car les tatouages au visage étaient réservés à un rang élevé et à un noble lignage,  El Kodz Poop ou le temple aux 250 magnifiques masques représentant le dieu de la pluie au long nez, Chaac, représentation de la légende du temple au Devin avec le nain, la vieille et le roi détrôné.

Labná, Xlapak, Sayil, petit détour


Pour nous y rendre, il faudra faire un détour puisqu'un aller-retour de presque 40 kms s'impose, s'enfoncer de plus bel dans la forêt yucatèque sur une petite route pendant 20 kms et découvrir des panneaux avec des indications de félins dans les parages... Oulah, il va falloir pédaler vite!

Labná, l'ancienne


23 novembre 2017 - De Labná se dégage une grande sérénité. Une impression de calme, longévité et bienveillance. Un peu comme nos aînés, ridés, assis, paisible. Comparés à ses semblables, ce site ne paie pas de mine mais il est surprenant et unique. 

Une grande prairie entourée d'arbres millénaires laisse place de part et d'autres parsemés ici et là le Grand Palais menant par un large chemin au temple aux colonnes, à l'Arc monumental avec des finitions en stuc et au Mirador. On y trouve également une petite merveille avec une représentation d'Itzamná. Masque représentant la gueule d'un serpent de laquelle ressort une tête humaine. Dans la pensée maya, cette déité était associée aux principes créateurs de l'univers, de l'homme et de ses qualités. On y voit des ornements avec des images de végétaux et de représentations des astres, du cosmos par une demi-lune. Un gros coup de coeur pour Juliette!

Nos premiers cyclovoyageurs au Mexique


Après notre visite, nous rebroussons chemin et croisons sorti de nul part un groupe de 3 copains à vélo, pélerins mexicains fervents de la vierge Guadalupe en route pour la future procession à Veracruz. Juliette se verra soigner l'un d'entre eux suite à une chute de vélo en notre compagnie. La nuit tombante, ils nous quitteront devant rejoindre Hopelchen à plus de 60 kms. Ils roulent pour 2 d'entre eux en chaussettes. Sur l'un des vélos, des barres en métal font offices de pédales. Un sac poubelle accroché sur le porte-bagage s'apparente à une sacoche. Rouler de nuit, pas de souci! Ils ont des gyrophares et des klaxons de fête forraine. Ah les mexicains sont incroyables!

Qu'est-ce donc ce bruit?!


Après installation de notre campement, à l'abri de ces saletés de sandflys, sorte de moucherons qui te dévorent alors qu'ils sont juste minuscules et te grattent à sang pendant plus d'une semaine, nous dégustons notre repas du soir une nouvelle fois composé d'avocats, tomates, tortillas agrémentées de thon et ce soir concombres! Youhou c'est la fête! 

Même si Nico n'y croit pas une seconde, nous décidons de mettre notre nourriture dans un arbre car il paraîtrait qu'il y a des bêtes qui se baladent dans les parages. C'est le panneau qui l'a dit! Après une bonne nuit de sommeil réparatrice, nous ouvrons nos yeux à l'aube vers 5h du mat'. Petits sourires et bonjour du matin et là ... LE bruit ... un mixte entre miaulement et rugissement terminé par une sorte de croc-craquement d'os... On se redresse vivement et à l'unisson "Y'a un bruit là!"... attente ... Juliette nous rassure en disant "ça doit être un fourmilier ou peut-être un phacochère, ça ressemblait à un phacochère" ... silence ... plus rien ... on essaie de regarder mais rien ... zip! Nico sort de la tente pour aller voir dehors ... plus rien, la bête est partie dans les fourrets ... "Bon, allez, on se lève". Nous demanderons ce que pouvait être ce bruit, on nous annonce un puma. Rien que ça. Mais après recherches, il s'avère que nous étions en présence, à moins de 2 mètres de la tente, d'un ... JAGUAR! Phacochère, jaguar, y'a quelque chose qui cloche? 😉

Xlapak


24 novembre 2017 - A l'époque des mayas, la fertilité de la terre ne suffisait pas à assurer la subsistance. L'approvisionnement en eau était un problème important. En effet, le sol poreux et perméable, caractéristique de la région, empêche la formation de rivières et de lacs permettant l'approvisionnement des grands centres résidentiels. Les cenotes, réservoirs d'eau souterrains, sont très rares dans cette partie de la péninsule du Yucátan. Les mayas se servaient des grottes et des cavernes comme réservoirs naturels d'eau et, principalement dans la région Puuc, ils étaient dépendants de la saison des pluies. C'est pour cela qu'ils ingénièrent à extraire et à accumuler l'eau dans des cavités souterraines artificielles, système de citernes appelées chultunes en maya (3ème photo). C'est pourquoi un culte tout particulier est voué au dieu Chaac vénéré, imploré et constamment présent sur les sites de la région Puuc.

Sayil, la cité aux 3 niveaux


24 novembre 2017 - Sayil, coup de coeur pour Nico pour sa construction! Le Grand Palais de Sayil reflète le style Puuc avec ses colonnes, grecques, frises, lignes continues faites de moulures arrondies, ornementations et déités. Trois sont présentes le long d'une frise : Dieu Chaac, représenté côte à côte avec le dieu Ah Mucen Cab et Kukulcán. Ah Mucen Cab, dieu abeille, est une divinité associée au culte de la planète Vénus. Il est représenté par un être qui s'élance tête baissée dans les airs. Quant à Kukulcán, le serpent à plume en alerte,  il est le dieu de la résurrection et de la réincarnation. Et pour finir le dieu de la fertilité! Non, vous vous trompez, ce n'est pas Nico mais bien la belle et imposante représentation au fond des bois 😊

Le temps ...


Le temps n'est plus seulement une unité de mesure. 

Le temps n'est plus fractionné, découpé, décortiqué, étriqué. Le temps ne se réduit plus à des heures, minutes, secondes qu'il faut orchestrer, organiser, régenter, contrôler, emboîter, voire même empiler... 

Le temps reprend toute sa place. 

Le temps est régit par le lever, zénith et coucher du soleil. 

Le temps est orchestré par la pluie et le beau temps.

Le temps reprend ses droits.

Le temps a/à sa juste valeur. 

Le temps est substanciel. 

Le temps est riche, abondant, précieux. 

Le temps de regarder un papillon butiné de fleur en fleur, récolté du nectar à l'aide de sa trompe devient un spectacle saisissant. 

Le temps d'observer, de sentir, d'admirer, de contempler, d'explorer le monde avec des yeux d'enfants.

Le temps de se laisser le temps.

Le temps d'apprendre, de comprendre.

Le temps de partager.

Etre présent dans le temps présent. 

Ni passé, ni futur... Juste le présent. 

Là est toute la richesse du monde.

 

Pensée au cours de notre voyage

Une petite douche?


24 novembre 2017 - Ce n'est pas que nous nous ennuyons sur la route des temples Puuc, mais après 5 jours sur les routes en camping sauvage, ça commence à "puquer"! Allez, direction Holpenchen, petite ville dans la province de Campeche pour une bonne douche. Adiós Yucatán, tu es merveilleuse. La chaleur des habitants de cette belle province va nous manquer. Passés la porte symbolique et après avoir pédalés quelques kms, nous constatons un changement de décor. Une région propice à l'agriculture. Nous arrivons à la tombée de la nuit après 70 kms. Nous trouvons un petit hôtel digne de la "propreté" mexicaine sur la place du village. Monsieur Propre a oublié de passer par là 😉. Mais après 5 jours sans douche, nous n'allons pas être trop regardant. Allez zou, prems', claquettes obligatoires! 

Hopelchen, farniente


Du 25 au 26 novembre 2017 - Propres et pimpans, nous pouvons nous balader et profiter d'une pause bien méritée sans avoir peur de faire fuir toute la population. Nous aurons la surprise de participer à un concours de bandas de guerre. Nous chercherons une solution pour nous rendre à Xtampak Santa Rosa car un aller-retour de 80 kms à vélo ce n'est pas vraiment du repos. Après avoir fait le tour de la ville ou plutôt grand village, possibilités de taxi, bus, petit bus collectif, locations de voitures, moto ou scooters inexistants, la réponse est toujours la même, las ruinas de Xtampak trop retirées... Nous trouvons finalement, grâce à l'aide d'un habitant avec qui Juliette discute en attendant de voir passer un taxi mobilette sur la place principale, un habitant qui veut bien nous emmener contre quelques pesos. Ok, ça marche! Rdv demain à 8h pour Xtampak. D'ici là, farniente sur la place principale à la mode mexicaine.

Nous découvrons ici une grosse communauté de mennonites. Nous n'en n'avions plus croisé depuis le Canada. Ils ont pour principale activité l'agriculture avec la culture d'haricots, de maïs et d'avoine. Ils sont reconnaissables parce qu'ils sont "blancs", blonds, distants et portent leurs vêtements sombres pour les femmes caractéristiques et de cow-boys pour les hommes.

Xtampak Santa Rosa, Ruta Chenes


26 novembre 2017 - Rdv avec notre chauffeur pour notre premier temple de la région Chenes. Les éléments distinctifs du style Chenes sont la construction du palais principal de forme pyramidale assez raide avec des sortes de plateformes divisées en chambres et des escaliers aux marches très hautes et abruptes. Les autres constructions sont souvent de plein-pied avec des masques d'animaux (exemple de serpent) et rangées de figures en stuc, enduit teinté dans la masse à base de chaux. Exemple d'un morceau de stuc retrouvé sur le site de Xtampak sur la dernière photo, présent au musée de Campeche. Ingénieux système hydraulique pour l'approvisionnement en eau de la cité grâce aux citernes présentes sur les toits des constructions et des chultunes, puits en maya.  

Tabasqueño, route Chenes


27 novembre 2017 - Après notre épisode jaguar, nous nous achetons une machette comme les mexicains... Une bonne fricassée de serpent coupé en tranche ça doit être délicieux! 😉 Bon celui croisé et rôti sur la route ne nous fera plus de mal. La route pour nous rendre à Tabasqueño nous réserve quelques surprises. Rien de bien méchant qui n'entâmera pas notre engouement pour les temples mayas. Petite pause déjeuner sur le chemin avec pour pique-nique, vous m'en direz tant, des avocats, tomates et tortillas! 5 jours de nouveau sur les routes...

Reconnaîtrez-vous la déité representée par les masques au nez crochu? 

Quelques traces de stuc et peinture bleu dans l'une des chambres du temple.

Allons trouver un spot pour dormir. Ce soir, nous conterons fleurette et observerons la lune dans les champs. 

Dzibilnocac


28 novembre 2017 - Dzibilnocac, petit site avec son temple ressemblant à une montagne sacrée qui vallait bien son détour aller-retour de 40 kms. Petite sieste sous les arbres avant de repartir. Il fait trop chaud pour pédaler.

L'arbre Ceiba était sacré pour les Mayas. Les Mayas pensaient que la hauteur de ses branches supportaient les paradis alors que ses racines profondes communiquaient entre le monde où nous vivons et l'Au-Delà.

Hochob


29 novembre 2017 - Réveil sous un brouillard épais. Dans la jungle comme dans les villages, le camping au Mexique est vraiment facile. Dans les villages, nous demandons aux habitants ou au poste de police toujours présents pour connaître le meilleur emplacement, histoire d'avoir leur accord tacite, et de ne pas se faire jeter en pleine nuit. De toute façon, ici, aucun souci. Les gens sont extrêmement gentils, souriants et accueillants. Notre campement suscite souvent la curiosité ou le rire. Les mexicains adorent rire! Un hic ici en camping, les chiens. Ils adorent japper juste à côté de notre tente. Ils sont plus peureux que méchants mais ils adorent japper et surtout la nuit!

Visite du temple, son mirador et ses chultunes.

Pendant que la tente sèche, nous en profitons pour pique-niquer et manger nos fameuses tortillas aux avocats et tomates, faire des parties de cochons pendus, fous rires assurés par Léona, faire un brin de toilettes et observer les chenilles nombreuses sur la route.

C'est reparti , direction Edzná. Un arrêt technique s'impose. Nicolas a cassé 3 rayons puis 4 au moment de réparer. Et cerise sur le gateau, la jante commence à se fissurer au niveau de 4 rayons. Sacré topes, ralentisseurs mexicains! Edzná ne sera pas pour aujourd'hui. Nous camperons finalement sur ce chemin de terre.

Edzná


30 novembre 2017 - Départ pour Edzná oú nous passerons par le village San Luciano, ça a beaucoup plu à Lucien, et le village de Pich en référence à Alexandra, elle se reconnaîtra 😉. Nous longeons des champs cultivés et arrosés aux pesticides, herbicides... Ils adorent ça ici 😞 Pas cool!

Edzná, grande et majesteuse avec son acropole et sa pyramide aux 5 étages. Sublime!

Et de surcroit le gardien est très sympathique. Il nous propose de prendre une douche... froide, mais une douche. Peut-être nous ne sentions pas la fleur de cactus 😉

Mission Campeche


01 décembre 2017 - Démarrage de la journée dans un épais brouillard. Nous allons retrouver le bord de mer. Lucien pédalera brillamment tout le long du chemin pour atteindre son premier 50 kms tractés. Le brouillard, la chaleur, la pluie ou le froid au Canada ne lui font pas peur. Il est vraiment bluffant, volontaire et résistant. Pas encore 4 ans le petit bonhomme 🚴‍♂️🏆♥️

Campeche, Coup de coeur


Du 02 au 05 décembre 2017 - Une ville fortifiée ancrée dans son temps et son histoire.

Campeche, ville fortifiée avec ses remparts. Les pirates ont tenté à plusieurs reprises de s'emparer de la ville. En vain...

Les fêtes approchent. Ambiance fête de Noël au Mexique.  

Doudou a décidé de nous quitter et de voyager vers de nouvelles aventures ou contrées. Doudou a échappé à notre vigilance et a dû sauter de la carriole sur la route avant d'arriver à Campeche... Lucien : "Peut-être qu'il est parti à moto, ou parti prendre un avion pour rejoindre papi et mamie..." Nous: "Peut-être"... Au revoir Doudou... "Doudou, tu vas nous manquer avec tes petites patounettes". Bref, Doudou est parti! 😭

Nouvelle jante pour Nico au couleur mexicaine

En route pour Calakmul, le long du Golfe


Du 05 au 06 décembre 2017 - Nous partons pour 420 kms à Calakmul, ancienne cité maya. L'une des plus retirées dans la jungle. Nous longerons le Golfe du Mexique par la 180. Les pélerins pour la vierge de la Guadalupe sont nombreux sur la route. Nous jouons au lièvre et à la tortue. Dernier plongeon dans le Golfe avant de rentrer dans les terres.

En direction de Calakmul, les terres, la jungle


Du 06 au 09 décembre 2017 - Vélo, nature, campings sauvages, rencontre cyclo mexicaine bicineta, pélerins, pluie pendant 2 jours, chenille poilue, arrivée au km 20 sur la route de Calakmul où nous installerons notre campement.

Bravo Lucien!


09 décembre 2017 - Après son premier tricycle pour son 1er noël, sa draisienne pour son 2ème noël, son premier vélo au Canada, plusieurs centaines de kilomètres à pédaler derrière maman, Lucien pédale tout seul! Ça y est, Lucien s'est lancé et il fait du vélo comme un grand. Il est vraiment très content et fier de lui. Nous sommes heureux de vivre ses premiers tours de roues au km 20 de Calakmul, au Mexique. Bravo mon grand!

Calakmul


10 décembre 2017 - Calakmul, une des cités mayas les plus puissantes de son époque de style Rio Bec. Nous avons eu la chance de voir de nombreux oiseaux sur le chemin, d'entendre des toucans avec leurs bruits de croassement, d'observer des dindes de monte, un petit loup gris et de surprendre ... un puma. Sur le site, nous nous sommes fait attaquer par des colonies de fourmis et avons eu la chance de voir des singes araignées et un singe hurleur. Sauvage! 

Rencontres sur la route


11 décembre 2017 - Après Calakmul, nous nous offrons un repas délicieux à base d'oeufs, de chaya et noyal, légumes locaux. A Emiliano Zapato, petit village de 30 habitants, Lidia et Ramon nous invitent à planter la tente dans leur jardin fruitier. Lidia nous offre à manger, des empanadas au fromage puis au petit déjeuner, tamalès aux haricots accompagnés d'un café pour toute la famille. Délicieux! Merci Lidia pour tes talents de cuisinière. 

Sur le chemin, nous rencontrons Gaston, québécois à la retraite. Nous sommes tous contents d'échanger quelques mots avant de reprendre la route chacun dans notre sens. Gaston définit Bacalar comme magique! Nous sommes d'autant plus motivés de pédaler. Bonne route Gaston! Avant Bacalar, 3 temples sur le chemin nous attendent.

Chicanna


12 décembre 2017 - Chicanna, petit site sur la route avec un temple à la tête du monstre intact, porte de l'au-delà. Des hiéroglyphes peintes encore visibles. 

Becán, magnifique!


12 décembre 2017 - Et dire que nous hésitions à y aller... Un petit site qui révèle de belles surprises. Nous jouons aux explorateurs et nous pouvons nous perdre dans les petits labyrinthes et passages du temple. Nous grimpons les pyramides vertigineuses et admirons, vue du ciel, la jungle que nous aimons traverser. Becán, coup de coeur assuré!

Xpujil - Bacalar


Du 13 au 14 décembre 2017 - Une petite visite d'un temple, des salbutes pour Nicolas, empanadas, sope pour les enfants et tripes piquantes pour Juliette, avant de prendre la route pour Bacalar. Après avoir demandé pour dormir près d'une église, nous y installerons notre campement. Le pasteur Adam et Jeannette nous inviteront à dîner puis à petit déjeuner. Nous passerons un excellent moment autour de plats locaux, tamalés de yuca, oeufs et jambon, platanos frits (sorte de bananes) accompagnés de café pour toute la famille ou lait pour les enfants. En leur compagnie nous rigolerons, échangerons sur nos pays respectifs, coutumes, histoires... Il rêve de visiter l'Italie, rêve qu'ils ne pourront selon eux jamais réaliser. Ils nous l'expliquent avec sincérité, détachement et acceptation. Nous leur promettons que nous les ferons voyager au pays des pizzas et des pastas par l'envoi de cartes postales. Notre contribution à leur rêve. Une belle et heureuse famille. Simples, bonnes et belles personnes. "Que Dios acompaña tu familia!"

Bacalar


Du 14 au 17 décembre 2017 - Bacalar ... première impression, whouaa, magique! Deuxième impression, whouaa, mais la côte est construite à outrance. Hôtels, villas, auberges... Nous nous lançons à la recherche d'un espace au calme accessible sans payer de droits d'entrée. Réussite! Un petit ponton surplombant la lagune sans personne, secret spot! Par contre, à Bacalar, les pizzas ont un goût d'Italie. Succulentes! Noël approche.

La grande chevauchée de 350 kms


Du 17 au 21 décembre 2017 - 150 kms d'autoroute ou 350 kms de campagne au Quintana Roo? Option offensive! 

350 kms en 5 jours et de belles aventures... En vrac : 

Belle campagne, casa traditionnelle, Buena Fe et  sa quiétude,  culture de bananiers, cocotiers, palmeraie, scarabée pris d'amour pour Nicolas, campings sauvages le long de la route, Sabán et tous ses habitants rieurs, jets de caillous sur la tente par des enfants pleins d'humour haha, route cabossée, danse du serpent rouge entre nos deux vélos sur la route, invitation dans une casa pour la nuit avec une énorme araignée à antennes, cérémonie de bienvenue des habitants de San Pedro, vol par la subtilisation et échange de notre machette (Cluedo : Qui a volé la machette? Le pasteur avec sa guitare, le colonel moutarde avec le chandelier, le rappeur racaille mexicain, la gentille dame avec son plateau repas, le voisin curieux ou le policier à vélo?), les conducteurs qui s'arrêtent sur le chemin et nous offrent de l'eau, la traversée des nouveaux Jerusalem et Israël (?), crevaison et pour finir cette belle épopée, la bonne surprise au réveil ... des toucans! Classe, on n'y croyait plus! 

Cobá et la piñata


Du 22 au 23 décembre 2017 - Nous avons trouvé notre sapin de Noël!! Le Père Noël va peut-être nous trouver avec notre sapin mexicain! Visite de Cobá, bivouac sur le "campo de futbal", rencontre de Ken et Ian cyclovoyageurs chinois.

Joyeux Noël à tous, Feliz Navidad


Nous vous souhaitons un joyeux et heureux noël du Mexique. Joyeuses fêtes de fin d'année. 🎅🍊🎄🎁🇲🇽

Le père-noël est passé


25 décembre 2017 - Joyeux noël à vous tous! Le père-noël nous a trouvé grâce à la bougie que nous avons laissé sur notre fenêtre. Il nous a tous gâté! Après l'ouverture des cadeaux, direction Muyil et la réserve de Saan Ka'an. Nous découvrons son temple, son parcours interprétatif, sa tour d'observation bien raide et sa lagune. Nous nous offrons pour noël un tour de bateau et descente dans les rapides à travers la mangrove. Un noël ensoleillé cette année! 

Punta Allen


26 décembre 2017 - Direction Punta Allen. Tulùm est bondé de monde avec le tourisme de masse qui bat son plein dans cette ville balnéaire. Nous nous approchons de Cancùn, cela se ressent. On nous annonce à l'entrée de la réserve que la route est en très mauvaise état. C'est le moins que l'on puisse dire! Nous profiterons de la plage avant d'arriver au bout. La plage est belle même si malheureusement comme trop souvent ici, jonchée de déchets. Nous avons quand même profité seuls de cet bel endroit.

Joyeux anniversaire Lucien 🎁


27 décembre 2017 - Visite du temple de Tulum au bord de la mer avant de prendre la route pour une plage moins fréquentée. Nous arrivons dans un endroit que Juliette a trouvé après quelques recherche mais zut, on ne peut pas y dormir c'est une réserve protégée. Nous arrivons à la fermeture et les gardiens acceptent que nous dormions exceptionnellement ici car nous avons les enfants et que la nuit va bientôt arriver. Cadeau au top pour l'anniversaire de Lucien! Une plage rien que pour nous dans une zone si peuplée et envahie par le tourisme. Un vrai bonheur!

De la tranquillité à Xpu Ha


Du 28 au 30 décembre 2017 - Nous quittons cette plage vierge et partons pour un bol d'air frais le long de la route très fréquentée en direction de Cancùn, beurk! Pas d'autre choix de route, un vrai bonheur...Une bonne heure de camions et de voitures les plus bruyantes les unes que les autres. Arrivés à Xpu Ha, nous découvrons LE camping nominé aux oscars des campings les plus pourris de l'année dans la catégorie plage bondée et les uns sur les autres 😉. Bref, nous échappons à ce bain de foule en longeant la plage et se dégotant un petit espace d'ombre tranquillou sous les cocotiers. Nous profitons de cet endroit avant de retrouver nos z'amis Manue, Nico et leurs enfants pour le 31 décembre! Hâtes! 

31 décembre sous les cocotiers


31 décembre 2017 - Nous reprenons notre route bucolique préférée pour rejoindre la famille Semelagne à Playa del Carmen. Ils ont loué un appartement dans une résidence. Chouette, une bonne douche nous attend après plusieurs jours de camping. Et bien, que nini! Le Mexique est plein de surprise! Après les retrouvailles de Manue, Nico, Laurène, Simon et Marius, nous essayons de trouver le fameux appartement. La résidence existe mais son propriétaire est inexistant et son numéro de téléphone incorrect. Nous partons à la recherche de Hernandez Solò qui visiblement est parti sur une autre planète...Le plan appartement se finira donc en camping sur la plage de Xcala Coco à la nuit tombée, grâce aux tuyaux d'un cyclotouriste mexicain rencontré 2 jours avant. Feux de bois avec les enfants, guitare et musique, ambiance tranquille pour des mexicains, marshmallows grillés, spectacle de la danse des crabes Nico pour le bain de minuit, fous rires des filles, une merveilleuse soirée de jour de l'an! Merci les z'amis!

Premiers jours de l'année entre amis


Du 01 au 04 janvier 2017 - Les joies des copains à tout âge! 

Mexique, on l'a fait! Cuba, nous voilà!


04 janvier 2017 - Nous devions prendre l'avion ce matin mais la compagnie aérienne en a décidé autrement en décalant le vol au 05 janvier par manque de réservations. Nous avons donc un peu de rab au Mexique. Dernier rebondissement mexicain?